top of page

"Je ne crois que ce que je vois". Mais que voit-on réellement ?




Malgré mes apparences lunaires, je me considère comme quelqu'un d'assez cartésien, voire pragmatique. J'aime comprendre le fonctionnement des choses, les logiques de cause à effet. C'était d'ailleurs le reproche d'une psychologue. Un jour, lors d'une consultation elle me dit: "On ne pas pas tout expliquer Thomas. Ce n'est pas nécessaire de chercher à tout comprendre".


Mais c'est comme ça... c'est plus fort que moi :)

Mon métier de coach sportif ne m'aide pas dans le conseil du psy. Puisque par essence, le coach sportif doit comprendre comment le corps fonctionne. Et je dois dire que le corps est tout simplement aussi passionnant que fascinant. Le métier de coach c'est comprendre comment le corps fonctionne. Mais c'est aussi par mécanisme, identifier lorsqu'il ne fonctionne pas et pourquoi.


Pourquoi une épaule bouge? Pourquoi une cheville est bloquée? Pourquoi une hanche fait mal ? Pourquoi un cœur s'emballe ? Pourquoi un muscle se tonifie tandis qu'un autre s'hypertrophie ? Si je ne comprends pas ces mécanismes physique. Je ne peux pas coacher. Mais la mécanique n'explique pas tout. Bien au contraire. Parfois le visible nous aveugle. Ils y a des choses qui font que quelqu'un qui a toutes les capacités physique pour faire quelque chose, s'en retrouve finalement incapable. Ces choses, c'est le mental, le psychologique, le psychique. Je ne le vois pas. Je ne peux pas le toucher. Mais c'est bien là. Je peux essayer de les décrypter en utilisant des scanners et en plaçant des électrodes sur le cerveau, mais aucune science actuelle ne peut réellement visualiser une pensée ou une émotion. Nous pouvons seulement repérer les zones du cerveau qui s'activent à l'aide de machines, mais nous ne pouvons pas voir l'émotion ou la pensée elle-même, comme nous pouvons voir une pomme ou une voiture. Mais sans pensée, il n'y a pas d'actions. Les pensées contrôlent notre physique.

L'invisible contrôle le visible.

Je ressens toujours une grande satisfaction lorsque je propose un exercice à un client et qu'il me dit : "Thomas, c'est impossible, je ne peux pas faire ça. c'est impossible". Formulation pour les plus délicats. La majorité m'insultent affectueusement.

Je réponds toujours la même chose : "Bien sûr que tu peux!". Sans moi, ils n'essaieraient même pas. Mais ils me font confiance (à juste titre ?), alors ils se lancent. Avec une certaine méfiance tout de même. La première série est souvent difficile, car ils pensent toujours qu'ils ne peuvent pas réussir. Et puis évidemment ils y arrivent, et moi je ressors toujours la même chose depuis 10ans "à chaque fois que tu dis que ne peux pas faire quelque chose et tu le fais". Certains ne me répondent pas et me toisent, d'autres disent que je suis fou. J'adore ça. Mais j'adore encore plus quand, lors de la deuxième série, ils réussissent facilement, car le blocage mental s'est dissipé.


Tout est toujours dans la tête.

Mais qu'est-ce qui nous pousse à croire que nous pouvons faire quelque chose ? Ou qu'est-ce qui nous fait penser que nous ne pouvons pas le faire ? Le rôle d'un coach est de comprendre ces mécanismes, de les décrypter et de les utiliser pour accompagner les gens dans leurs projets.


Comprendre le cerveau, c'est magnifique, mais aussi déroutant. Plus nous en apprenons, plus nous avons l'impression de ne rien savoir. Mais c'est plus fort que moi, j'aime comprendre. Alors je cherche. Cependant, il est difficile de mener des recherches sur quelque chose d'invisible, imperceptible à l'œil humain. C'est d'autant plus étrange quand on réalise que le monde qui nous entoure est principalement invisible à l'œil humain. C'est ironique pour quelqu'un qui s'appelle Thomas, car Saint Thomas ne croit que ce qu'il voit (il fallait le placer). Lorsque nous étudions le cerveau, nous entrons dans le monde du petit, du minuscule, du microscopique, de l'infiniment petit. Là, nous nous heurtons aux croyances l'impossible de cartésianisme, du "saint thomaïsme". Croyances seulement, parce qu'en réalité nous l'avons accepté et intégré dans de nombreux cas. Et d'en d'autres nous nous rassurons en nous disant que ce n'est pas la même chose, mais en réalité, c'est exactement la même chose.


Le monde de l'infiniment petit, le monde de l'atome, des ions, des électrons, est le monde de l'énergie.


Einstein disait : "La matière n'est que de la lumière cristallisée".

C'est à dire que le monde du dure, du solide, du physique, du palpable, est le résultat du l'infiniment petit. Infiniment petit, ou également appelé Physique Quantique. Oui c'est la même chose. Et pourquoi ça nous intéresse? Parce que les règles qui régissent ce monde ne sont pas les mêmes que celles du monde physique. Certaines choses qui semblent totalement impossibles dans le monde physique sont tout à fait possibles dans le monde quantique. Avec la physique quantique, ce qui semble impensable devient possible. La chaine Balade Mentale sur YouTube a d'ailleurs réalisé une super vidéo à ce sujet:


Vidéo faite à partir des recherches du physicien Julien Bobroff:




Le monde dans lequel nous vivons est façonné par un monde qui ne suit pas les mêmes règles. Pour certains... et d'autres pensent que "ce qui est en haut est comme ce qui est en bas". Autrement dit, il est possible que, dans une certaine mesure, dans certains cas, dans certaines situations, le monde de l'infiniment grand suive les mêmes règles que le monde de l'infiniment petit, même si nous ne pouvons pas le voir.

Aucun scanner, aucun microscope ne peut voir ni expliquer comment une musique peut vous rendre triste, heureux ou excité.

C'est totalement invisible et pourtant totalement accepté. Saint Thomas ne peut ni voir ni expliquer comment, lorsque nous nous sentons en confiance, nous sommes capables de réaliser des choses que nous n'aurions jamais pu faire si nous étions effrayés. La confiance est un phénomène inexplicable pour les machines, et pourtant elle existe. La confiance, la pensée, le sentiment, l'émotion, l'intention peuvent déclencher une action physique. L'invisible contrôle le visible.


C'est vrai dans le sport, et c'est vrai pour la santé... vous commencez à comprendre où je veux en venir.


La pensée contrôle le physique. C'est vrai pour les dénis de grossesse, pour la pelade, le bruxisme, l'eczéma, les problèmes de fertilité... et c'est même vrai pour la mort ! Nous savons tous que parfois, chez les couples âgés qui ont vécu leur vie ensemble et qui ont un lien fort, lorsque l'un part, l'autre se laisse partir. "Se laisser partir", encore une expression totalement acceptée et intégrée, mais totalement inexplicable sur le plan physique. Surtout lorsque nous savons que l'instinct de survie est l'un des mécanismes les plus puissants chez l'être humain. Et pourtant, dans certains cas, la pensée contrôle le physique. L'invisible contrôle le visible. L'infiniment petit contrôle l'infiniment grand.


Mais ce qui est encore plus merveilleux dans tout cela, c'est que c'est contrôlable. Vous pouvez contrôler votre cerveau. Vous pouvez contrôler vos pensées, vos émotions, vos ressentis. Vous pouvez mentalement contrôler ce qui contrôle votre physique. Dans le sport, cela est largement accepté. Dans le domaine de la santé, c'est beaucoup moins accepté, au profit des scanners, des radios, des IRM, des médicaments, des chimiothérapies.


Il ne nous viendrait pas à l'idée de demander à un scanner de nous aider à gravir une montagne. Nous faisons appel à nos muscles pour le faire. 

Alors pourquoi ne demanderions-nous pas à notre corps de guérir dans certains cas ? Nous n'apprenons pas à demander à notre corps de guérir. Nous apprenons à demander à un médicament de le faire pour nous. Vous avez remarqué que certaines personnes disent que le Doliprane ne leur fait absolument rien, tandis que le Dafalgan est extraordinaire. Ou inversement. Pourtant, les deux sont du paracétamol, donc ils devraient avoir le même effet. Mais dans un cas, je pense que cela va me guérir, alors que dans l'autre cas, je pense que cela ne va pas le faire. Pourquoi ? Parce que la pensée contrôle le physique.


Dans le sport, on dit qu'il faut croire en soi pour réussir. Il faut penser que c'est possible. La croyance est invisible, impalpable, mais elle a des effets non mesurables, dans le sport comme dans la santé. Parce que le corps dans le domaine du sport et le corps dans le domaine de la santé sont les même corps, qui obéissent aux mêmes règles. Est-ce que dans le sport, nous pouvons contrôler nos performances physiques avec notre mental ? Oui, c'est totalement accepté. Alors pourquoi ne pourrions-nous pas contrôler notre corps avec notre mental dans le domaine de la santé ? On nous traite de fous, de charlatans, de chamanes, de vendeurs de tapis, de complotiste...

Vous vous souvenez plus haut, lorsque je vous disais qu'avec le physique quantique, ce qui paraissait inexplicable devient possible. Souvent lorsqu'un médecin n'arrive pas à expliquer quelque chose, ou il dit que c'est inexplicable, ou que c'est la faute à pas de chance. Peut être que dans ce qui n'est pas inexpliqué il y a la dimension psychologique, psychique énergétique et spirituel de la personne.


Pas besoin d'en dire plus. Vous m'avez compris... mais j'ai encore une surprise. Tout ce dont nous avons parlé jusqu'à présent concerne la partie consciente du cerveau, la partie immergée de l'iceberg. Ensuite, il y a le subconscient, l'inconscient, beaucoup plus grand, beaucoup plus vaste, beaucoup plus puissant, mais surtout beaucoup plus invisible. Et pourtant, l'invisible contrôle le visible ! La suite au prochain épisode... 😁😁"






50 vues0 commentaire
bottom of page